Typons sur calques / tireuse de plan

Cette technique a l’avantage de ne pas être cher (4 x A3 pour moins de 5 euros) mais elle a plusieurs inconvénients. En tout cas avec la machine utilisée par notre reprographe habituel. Évidemment le top c’est le film tout chaud sortie d’une flasheuse, mais exorbitant (à moins de bosser sur des micros formats)

Donc revenons à notre calque imprimé avec une tireuse de plan. Et bien les noirs ne sont pas denses, ce qui impose d’être très attentif à la durée d’insolation (ni trop, ca passe au travers et donc ca durcit où il faut pas, ni trop peu, cette fois c’est la partie qui doit durcir qui ne l’est pas assez et qui part au lavage). Autre inconvénient  : la déformation. Quasi toutes les photocopieuses que je connais déforme en losange. Ce qui est très énervant lorsque l’on fait plusieurs passages qui demandent un peu de précisions.

Astuce :  sortir ses films maquettés au même endroit (en haut à gauche par exemple). La déformation est toujours là, mais au moins vous aurez la même sur chaque typon.

Prochains tests à réaliser qui feront (peut-être) l’objet d’un article :

  • Impression sur calque avec une Epson A3+ 1290 et de l’encre dye.
  • Adapter le procédé BlackMax sur l’Epson 1290 (en remplaçant une cartouche couleur remplie avec du noir) et en bidouillant pas mal la maquette.
  • Trouver une Xerox Phaser (encre solide) en A3 (au moins A4)
  • Sortie vinyle noir ou papier mat noir sur plotter de découpe, idée relevée sur le forum de seri-suisse
Advertisements